Accueil du site > Actualités > Promote 2011 : Le Promote des (...)

Promote 2011 : Le Promote des entreprises locales

Publiée le mardi 29 novembre 2011


Au fil des éditions du salon international de Yaoundé, le niveau de participation des Pme et Pmi locales va croissant.

Elles étaient 537 en 2002 (sur un total de 748), 732 en 2005 (sur un total de 937), 789 en 2008 (sur un total de 1048). Ces statistiques de la fondation Inter-Progress, organisatrice de Promote montrent à suffisance que les entreprises camerounaises sont de plus en plus intéressées par ce rendez-vous. Pour cette édition 2011, les organisateurs en attendent environ 800 (Voir interview ci-après) sur un total de 1200.
Tous les secteurs d’activités sont concernés. Avec cependant une participation « au dessus du lot » du secteur tertiaire, celui des services. Et cette participation sans cesse croissante est le fruit direct de toutes les mesures prises par les organisateurs du salon international de l’entreprise de Yaoundé.

Il y a d’abord la place qui leur est accordée. « L’idée de départ de Promote tel que définie par le mandant (Le gouvernement du Cameroun, ndlr), était de donner un cadre d’exposition des savoirs-faire aux entreprises locales » explique en substance le directeur des opérations de Promote. Cette orientation définie, le mandataire, nous explique-t-on, a donc pris toutes les dispositions pour donner la première place aux entreprises locales. Notamment, au niveau de l’attribution des espaces sur le site du salon. Pour cette édition 2011 par exemple, les organisateurs ont décidé de leur réserver jusqu’à 2/3 de l’espace du site.

Ensuite il y a le soutien aux Petites et moyennes entreprises. Depuis quelques années les organisateurs ont développé le concept « d’action citoyenne ». « L’idée est d’aider les entreprises pour leurs premières participations. En espérant que trois ans après, elles auront capitalisé sur cette participation en termes de développement et qu’elles pourront prendre part avec leurs propres moyens aux éditions d’après » explique le directeur des opérations de Promote, Jean Louis Palla. L’opération porte des fruits.
Car malgré une réduction de 50% de cette prise en charge pour les entreprises qui en avaient déjà bénéficié lors des précédentes éditions, beaucoup de ces entreprises ont souscrit pour l’édition en préparation. « Elles ont compris, tout le bénéfice à participer à ce salon. Car il faut savoir que pour des Pme qui peinent déjà à trouver un équilibre, dépenser de l’argent pour la communication, la recherche des partenaires…c’est beaucoup leur demander. Elles profitent donc de Promote pour faire tout cela en même temps et sans frais. » explique en substance Jean Louis Palla.

Serge D. Bontsebe


Jean Louis Palla : Les entreprises locales sont sponsorisées

Le directeur général des opérations de Promote présente les mesures prises pour aider les Pme locales à participer au salon.

Combien d’entreprises camerounaises attendez-vous pour cette édition 2011 ?
Il faut déjà dire que, par rapport au contexte de base, il se trouve que Promote est conçu pour donner l’occasion à l’économie camerounaise de s’afficher et à ce titre de créer un genre d’aimant par rapport aux entreprises des autres continents, donc une économie camerounaise qui se veut ouverte au monde. A ce titre là, il
est convenu que les deux tiers des espaces sont majoritairement réservés aux entreprises camerounaises. Donc pour l’édition 2011 où 1200 entreprises sont déjà inscrites, on évalue donc à environ 800 le nombre d’entreprises camerounaises qui seront présentes au Palais des Congrès de Yaoundé. Evidemment nous allons affiner ce chiffre lorsque nous aurons fini les pointages, mais dans l’ensemble, c’est un peu cela.
Par ailleurs, il faut savoir qu’une économie comme celle du Cameroun a besoin d’espace, de cadre comme celui-ci, où les Petites et moyenne entreprises locales peuvent s’exprimer. Sinon on aura ce genre de salon international où seul les filiales de multinationales sont présentes et qui ne rendent pas compte des réalités locales. Or nous savons qu’il n’est pas facile pour les Pme d’être présentes à ce type de rendez-vous. Pour compenser ces difficultés, on a développé un système qu’on appelle l’action citoyenne. Un certain nombre de grandes entreprises camerounaises ou étrangères aident des Pme à venir à Promote à travers un sponsoring, c`est-à-dire qu’elles prennent en charge la participation de ces Pme. Nous avons des Pme qui ont donc été soulagées de ces frais de participation.

Depuis quand avez-vous lancé l’opération « Action citoyenne » ?
Cette action est développée depuis 2005. Le ministère en charge de l’Economie a par exemple sponsorisé plusieurs Pme qui opèrent dans des filières de compétitivité. Il y a des banques qui sponsorisent aussi. Et ces sponsors ne s’intéressent pas seulement aux Pme camerounaises. Pour cette édition, il y a des actions menées avec un groupement patronal qui est Ecam, et qui a souhaité, en tant que jeune groupement que certains de ses membres puissent bénéficier d’une réduction afin qu’ils soient largement représentés. Il y a eu un protociole d’accord avec les organisateurs dans le sens de la réduction de 50% de charges liées à leur participation au salon. L’idée est d’aider les entreprises pour leurs premières participations. En espérant que trois ans après, elles auront capitalisé sur cette participation en termes de développement et qu’elles pourront prendre part avec leurs propres moyens aux éditions d’après. Beaucoup de celles des entreprises qui ont été sponsorisées en 2005, 2008, ont accepté de participer cette fois en prenant en charge 50% des frais de participation.

Est-ce qu’on peut avoir un chiffre exact de Pme auxquelles vous avez apporté un soutien à ce jour ?
A l’intérieur de la fondation Inter-Progress, nous avons ce qu’on appelle une cellule d’appui-conseil aux Pme qui a portefeuille de 400 ¨Pme que nous suivons depuis maintenant 8 à 10 ans. Nous les avons totalement accompagné en 2007 et en 2008.

D’autres mesures ont-elles été prises pour cette édition 2011 ?
Il y a la répartition géographique des entreprises. Pour cette édition, nous avons fait un effort dans ce sens. Les banques ont été mises en ensemble, Les sociétés des technologies de l’information et de la Communication ensemble…Cet effort c’est certes pour faciliter la reconnaissance des lieux à nos visiteurs, mais c’est aussi pour faciliter le contact entre les Pme locales.

Propos recueillis par S. D. B.


SPIP Contactez-nous | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |  Accèder à l'extranet